Site internet de l’ONG ANIMA

Accueil du site > ASSOCIATION ANIMA > LES ACTIONS AU MALI > ACTIONS au MALI en PAYS DOGON avec " VIA SAHEL " > LES MICRO-CREDITS en PAYS DOGON

LES MICRO-CREDITS en PAYS DOGON

VIA SAHEL TARN et GARONNE

mardi 19 juin 2007, par Yves Menguy


Lors de la récente A.G. de la fédération Via Sahel l’antenne Tarn et Garonne nous a fait part de son expérience des microcrédits en Pays DOGON ; nous vous livrons une analyse de sa communication. GÉNÉRALITÉS SUR LES MICROCREDITS

En 2006 Muhammad Yunus "le porteur d’espoir" a reçu le prix NOBEL de la Paix. Dans les années 80, professeur d’économétrie au Bengladesh, l’un des pays les plus pauvres au monde il conçut cette notion de microcrédit et fonda à cette intention la "Grameen Bank".

La microfinance est fondée sur l’dée de créer une aide active pour permettre aux populations les plus démunies de se prendre en charge, de se développer par la création de petits réseaux économiques, à leur propre initiative. Elle participe donc à l’idée de responsabilisation et de développement durable.

Lors du sommet du microcrédit à Washington Kofi Annan s’est ainsi exprimé : " Quand on accorde un crédit aux plus démunis, et en particulier aux femmes, elles deviennent des acteurs économiques ayant le pouvoir d’améliorer leur vie personnelle mais aussi par répercussion, dans un cercle de plus en plus vaste, celle de leur famille, de leur communauté et de leur nation...La microfinance bien qu’elle ne soit pas une panacée, s’est avérée être un instrument remarquable pour sortir les démunis de leur situation critique..."

Aujourd’hui les microcrédits concernent plus de 160 millions de personnes dans le monde dont la majeure partie (80%) vit en dessous du seuil de pauvreté (moins de un dollar de revenu/ jour). 10% de ces prêts intéressent l’Afrique.

REGLES DU MICROCREDIT

La base du système est la CONFIANCE, confiance dans la capacité de l’emprunteur à rendre ce qui lui a été prêté tout en ayant créé une activité productrice, si peu que ce soit.

* Le prêt doit être adapté aux besoins des demandeurs : montant faible, procédures simples et rapides * Une garantie tenant compte de l’absence de biens et de fonds propres doit être trouvée : caution solidaire par exemple * Les coûts doivent être couverts : taux d’intérêt élevé, durée de prêt relativement courte pour engendrer une autonomie opérationnelle et financière.

LES MICROCREDITS à VIA SAHEL

Au sein de la fédération c’est l’antenne Tarn et Garonne qui s’occupe du volet des microcrédits.

Une convention est établie entre le village demandeur et Via Sahel T&G : les femmes constituent une banque avec l’argent prêté par Via Sahel. Il est mis en place par élections un bureau, une présidente, un comité de gestion (deux personnes au moins) ; un règlement intérieur est adopté.

Via Sahel prête aux femmes du village demandeur une certaine somme, à ce jour 760€ remboursables sans intérêt en dix ans. Le village rembourse les frais de gestion (formation initiale, suivi mensuel des prêts) s’élevant actuellement à 23€ par année.

* Sommes modestes (15 à 20€) sur une durée courte ( 8 à 14 mois) * Taux d’intérêt interne de 2% soit 24% par an ce qui permet une augmentation rapide du capital propre au village. En 4 ans doublement du capital, en 10 ans quadruplement, ce qui permet progressivement de prêter à plus de personnes des sommes plus importantes sur une durée plus longue. * Chaque emprunteuse paie 1,5€ de droit d’inscription à la caisse commune * D’autre part dans chaque village il existe une activité collective (culture maraîchère, champs collectifs d’arachide...)dont le revenu est également versé à la caisse commune * La garantie des prêts est réalisée par un groupe de cinq cautionnaires, l’emprunteuse et quatre amies. * Les gestionnaires de tenue des comptes sont rémunérés. * Seules les femmes peuvent bénéficier de ce système de microcrédit mis en place par Via Sahel. Les hommes peuvent s’adresser aux banques villageoises, mises en places par le gouvernement malien. * La femme doit maîtriser toutes les activités économiques liées à l’obtention du prêt : par exemple dans le cas d’embouche d’agneau la femme doit elle même acheter, engraisser et revendre enfin l’agneau engraissé.

Conditions préalables à l’obtention d’un prêt o si la population est supérieure à mille habitants il faut définir un ou deux quartiers plus particulièrement concernés. o Il est nécessaire de veiller à la proximité géographique, de ne pas trop agrandir le cercle afin de faciliter les visites régulières du permanent responsable. o Il faut s’assurer de la non existence d’autres caisses de microcrédits... o Il faut s’assurer de la présence de deux ou trois femmes sachant lire, écrire, compter.

Enfin le processus de formation est un préalable avant la délivrance des fonds :

Cette formation est réalisée par un malien rémunéré par Via Sahel T&G depuis mars 2005, qui a suivi une formation de comptabilité et a travaillé six ans dans des organismes de développement et six ans dans une ONG développant le microcrédit. Il est en outre affecté à la mise en place et au suivi des microcrédits avec la collaboration d’Alain, responsable de la fédération Via Sahel à Sangha où il vit depuis plus de quinze ans.

Schéma du cycle de formation préalable :

J1 à J4 réunion de toutes les femmes concernées une heure par jour

J5 Formation des groupes de cautionnaires

J6 Réunion des membres du bureau cooptés par les villageoises

J1 à J20 : formation des gestionnaires (2femmes du village) trois heures par jour

J1 à J20 : formation du comité de gestion (4 femmes) 4 heures par jour

Le comité de gestion et les gestionnaires se réunissent chaque dimanche pour mettre à jour le journal de caisse et examiner les nouvelles demandes de prêt.

Usage de ces prêts

On trouve deux grandes catégories :

1. embouche d’animaux, agneaux, chèvres, porcs sur une période de 8 à 12 mois avec doublement ou triplement du prix à la revente 2. Transformation et petit commerce achat de blé, confection de farine et vente sur le marché de beignets Achat d’arachide pour obtenir de l’huile et réaliser des tourteaux (alimentation du bétail) Achat de laine, tissage et vente soit de tissus soit de vêtements Achat de semences et culture pour vente d’oignons, d’arachide, salade, tabac...A ce jour 26 microcrédits fonctionnent dans 26 villages regroupés sur 7 communes : 1310 dossiers de prêt sont en cours avec un prêt moyen de 18€ soit un peu moins que la moitié d’un SMIC Malien A signaler qu’il n’existe aucun impayé à l’intérieur des caisses ainsi que vers Via Sahel.Via Sahel T&G poursuivra en 2007 la mise en place de microcrédits dans cinq nouveaux villages. mettra en place des micorocrédits tests

* dans le domaine de l’élevage pour tenter d’optimiser les gains : meilleure alimentation du bétail, vaccinations, coopératives d’achats pour l’alimentation * dans le domaine de l’oignon : pour permettre aux femmes de conserver leurs récoltes et de les vendre plus tard lorsque les cours sont plus favorables * dans le domaine financier : en augmentant le capital pr^té par Via Sahel de façon significative pour doubler si possible les sommes empruntées et mesurer l’impact sur les gains réalisés par chaque femme et le retentissement sur les impayés...

Enfin il faut apprendre à chaque femme à gérer au mieux son investissement et mesurer ses gains (investissement temps/argent)

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette